Et ta mère Michel, elle a perdu son chat ? (oui c’est nul je sors)

HiHiHouHou, Michel Sardou est un petit plaisantin. C’est un sujet éculé sur la toile mais bon, c’est pas grave je reprends c’est trop drôle pour être ignoré. Figurez-vous que Michel Sardou a sorti un nouvel album (déjà ça commence bien) en reprenant sa bouse son tube : femme des années 80. Sauf que, comme vous l’aviez remarqué les années 80 sont passées depuis à peu près 20 ans, donc maintenant c’est « être une femme en 2010 ». Je pense, j’espère, sincèrement, qu’il ne voulait pas faire une chanson réac’ mais plutôt fraîche et vaguement féministe, mais que malheureusement ce qu’on nous martèle inconsciemment lui a pourri le cerveau et qu’il s’est complètement vautré. Je vous passe le nombre de pintades qui laissent en commentaire du clip sur youtube : « mais je ne vois pas ce qu’il y a de macho, c’est très respectueux de la femme ce qu’il écrit », et je vous soumets céans le magnifique texte (enfin une partie parce que bon) de cette chanson que nous allons étudier ensemble.

Commentaire composé en trois axes, vous avez deux semaines pour rendre vos copies les enfants !

Commençons par le début :

Dans un voyage en absurdie
Que je fais lorsque je m’ennuie,
J’ai imaginé sans complexe
Qu’un matin je changeais de sexe,
Que je vivais l’étrange drame
D’être une femme, D’être une femme.

Alors, alors, passons sur le fait que absurdie = royaume des femmes, je ne suis pas pour le féminisme qui voit de la provocation partout. Donc pif, pouf, voilà notre Michel qui change de sexe, tout cela sans complexe, là je ne vois pas trop le rapport, je pense il a pas trouvé d’autre rime. Et oh miracle, il vit l’étrange drame d’être une femme. Alors non, ce n’est pas un drame, enfin je veux dire, on peut le retourner dans tous les sens, je ne vois pas comment on peut ne pas prendre ce vers comme une insulte. : c’est un drame d’être une femme, c’est tout caca beurk, dommage t’avais une chance sur deux, pourtant y a plein d’autres trucs qui rimaient là pour le coup. Bon repartons pour une autre strophe, puisque pour l’instant c’est les mêmes paroles que l’ancienne version.

Depuis les années 80,
Les femmes sont des hommes à temps plein
Finis les revendications
C’qu’elles ont voulu maintenant elles l’ont
ce sont toutes des femmes accomplies
Sans vraiment besoin d’un mari
Femme capitaine de société
Elles ont d’autres chats à fouetter
de conseils d’administration
de longs diners en réunion
passer en coup de vent chez le coiffeur
se maquiller dans l’ascenceur
elles rentrent épuisées tous les soirs
la télé elles veulent plus la voir
à peine la couv’ d’un magazine
et un cachet qui les assassine

Alors je passe sur le début parce que tout le monde a le droit à un peu de tolérance, même si « sans vraiment besoin d’un mari » me hérisse un peu ainsi que le fait que les revendications ne sont pas vraiment terminées (ou alors j’ai raté un truc : l’écart de salaire non ?). Donc, alors que c’était pas mal parti, on pensait que les femmes pouvaient enfin assumer des « métiers d’homme » (mais qu’on m’explique ce que c’est), on note que ça a des inconvénients. Eh oui ma bonne dame, depuis qu’on travaille, on n’a plus trop le temps d’aller chez le coiffeur, et on est obligée de se maquiller dans l’ascenseur. Ah, le cliché de la femme qui se pomponne dans la salle de bain une heure par jour, c’est un de mes préférés. Mais faut-y qu’on le répète combien de fois ? Toutes les femmes ne se maquillent pas tous les jours ! Je ne me maquille quasiment jamais pour aller bosser (trop la flemme, préfère dormir) et j’en connais plein dans le même cas. Vous me direz : « faut bien mettre quelque chose dans cette chanson » oui bon admettons que vous ayez pas tort, allez va pour ce premier couplet même s’il est d’une originalité proche du record du saut en hauteur des bulots. Deuxième couplet donc :

Quand a l’amour elles n’y pensent plus
Juste un amant qu’elle revoit plus
d’ailleurs c’est un acte manqué
quand leurs portables se mettent à vibrer
pour la nostalgie d’autrefois
faudrait du temps elles n’en ont pas
elles y reviendront évidemment
avec le premier cheveux blanc
quand tant d’années se sont écoulées
ont-elles perdu ce qu’elles ont gagné
Elles étaient femme en 80
et femmes jusqu’au bout des seins
Question salaire ca ne va pas mieux
Celui d’un homme coupé en deux
On les enfume de parité
mais qui promet l’égalité

Une femme ne peut pas faire deux choses à la fois : enfin on brise un cliché. Elles ne peuvent donc pas être amoureuse, penser à l’amour et bosser. Je trouve qu’elles m’ont donc l’air fichtrement connes mais bon. L’acte manqué du portable qui vibre, franchement, après tout le travail qu’on fait actuellement sur la sexualité féminine, pour apprendre aux femmes qu’elles aussi peuvent se branler ce n’est pas sale, qu’elles aussi ont le droit d’aimer le sexe sans être des salopes, ça tombe un peu comme un pavé dans la mare. Ensuite on nous dit, que les femmes étant incapables d’aimer quand elles travaillent elles n’y reviendront que quand elles seront vieilles mais : « ont-elles perdu ce qu’elles ont gagné Elles étaient femme en 80 et femmes jusqu’au bout des seins », autrement dit une fois les cheveux blancs : trop tard elles n’attireront plus personne puisqu’elles seront vieilles, or quand elles seront vieilles elles seront moches, et puisqu’elles sont moches aucun homme ne voudra d’elles, emballé c’est pesé ! Suit une vérité vraie mais exagérée : les femmes gagnent moins que les hommes mais pas à ce point, ceci dit j’avoue que mettre un pourcentage dans une chanson c’est pas top top glamour (ceci dit je trouve qu’il se contredit avec le début : la fin des revendications là, non ?). Je ne commenterai pas les deux derniers vers puisqu’ils ne veulent rien dire, Michel retourne faire de la grammaire à l’école primaire fissa ! Dernière strophe et fin de la grande poilade malheureusement les amis :

Je sais que beaucoup en ont marre
et s’il n’est pas encore trop tard
il suffit de r’trouver l’adresse
du type gaché dans leur jeunesse
un homme gentil qu’elles ont laissé
au bord des occasions manquées
refaire sa vie et pourquoi pas
être une belle à la fois
l’amour d’automne c’est encore mieux
laisser un homme faire ce qu’il veut
et puis s’endormir contre lui
jeter les dossiers aux orties
Se dire qu’au fond ce sont les femmes
Et mon dieu ce n’est pas se plaindre
Femme de n’importe quelles années
Femme pour aimer se faire aimer

Bon, je pense que là se tient le paroxysme de la lutte féministe de Michel, donc attention à bien suivre sa démonstration, très bien ficelée (à part les deux trois derniers vers qui ne veulent pas dire grand chose, LA GRAMMAIRE BORDEL !). Exposé :

1) jusqu’à « occasion manquées » : Les femmes en ont marre de travailler au final, c’est normal puisqu’on vous dit depuis le début, elles ne sont pas adaptées pour ça, elles ont fini par s’en rendre compte ! Donc, qu’à cela ne tienne, puisqu’elles se retrouvent dans une bien mauvaise posture, que faire ? Allez chercher un ancien amoureux, un homme trouvera forcément la solution.

2) jusqu’à « à la fois » : même si cette phrase me paraît obscure (la grammaire est peut être la femme française la plus maltraitée) je pense qu’on peut l’interprêter comme suit : maintenant que tu t’es mise toute seule dans la mouise alors qu’on t’avais prévenue, sois belle et tais toi !

3) jusqu’à « contre lui » : ah, le but avoué étant en fait qu’on laisse les hommes coucher avec n’importe qui sans leur dire que c’est pas super sympa, je me disais aussi. Je ne suis pas une défenseur de la fidélité bec et ongles, donc je dis là dessus pourquoi pas, si madame a aussi le droit d’aller coucher avec Brad Pitt pendant que Michel se fait sa secrétaire (restons dans le cliché).

4) jusqu’à la fin : donc la solution que la femme cherchait auprès de l’homme (mais si c’est le 1)) : arrêter de bosser puisque t’es une femme et que tu es donc là « pour aimer se faire aimer ». En d’autres termes : retourne à ta cuisine ! Non mais.

J’arrête là, mais si vous voulez rire (jaune) encore un bon coup, je vous conseille le clip sur Youtube, composé pour moitié de jeunes filles lascives à moitié nues sur les marches du paradis qui chantent autour de Sardou (sisi c’est vrai). L’autre moitié c’est la fille qui illustre l’histoire, je ne relèverai pas dedans tous les clichés machistes, ça me prendrait des jours et je suis quand même un peu occupée.

Ce clip en tout cas, m’a convaincue, la prochaine fois que quelqu’un me demande si c’est pas trop dur d’être une fille travaillant dans le BTP, je lui réponds :
« Le seul handicap c’est que je ne peux pas soulever un parpaing et te l’exploser sur la gueule parce que c’est trop lourd connard/connasse. »

Après en avoir discuté hier, j’ai décidé de réduire en bouillie la tronche des gens qui me disent aussi :

  1. une femme qui a trop bu c’est pas classe (alors qu’un mec, c’est le top de la subtilité)
  2. les gros mots c’est pas joli dans la bouche du femme (alors que dans celle d’un mec, je ne sais pas, ça fait déco sûrement)
  3. tu peux pas dire je m’en bats les couilles : t’es une femme donc t’en as pas (et toi tu es un con, pourtant tu n’as pas de vagin)
  4. attends laisse je vais ouvrir la bouteille (sisi, je vous assure je sais ouvrir une bouteille, même une de champagne)
  5. alors tu vois au foot, le hors jeu c’est quand… (je regarde le foot depuis que j’ai 10 ans connard)
  6. non mais c’est une référence à un manga tu peux pas comprendre (…)
  7. une femme qui boit de la bière c’est bizarre (je ne sais pas pourquoi, ça, ça reste un mystère)
  8. et travailler avec beaucoup d’hommes c’est pas difficile ? (avec la variante : les hommes au boulot ils sont plutôt protecteurs ?)
  9. et mademoiselle ? t’es trop jolie, reste comme ça, vas-y tu me donnes ton numéro ? (et les dizaines de variantes existantes)
  10. Alors elle c’est vraiment une salope, elle s’est tapé trois mecs cette semaines (suivi de : eh t’as vu Maxime, trop fort le con il s’est tapé trois meufs dans la même soirée, c’est un beau gosse, en plus il s’en rappelle plus mdr)
  11. y a rien de plus beau qu’une femme enceinte
  12. vous les femmes, vous avez quand une sensibilité différente, ça doit venir de la maternité
  13. mais quand t’auras des enfants tu changeras de boulot ?

Cette liste n’est pas exhaustive bien sûr…

Publicités
Cet article, publié dans Râlerie, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Et ta mère Michel, elle a perdu son chat ? (oui c’est nul je sors)

  1. Yop! dit :

    Pour ton point numéro 6 : le lectorat manga en France est composé en grande partie de femmes, si ce n’est la majorité. Le manga a réussi à populariser la BD auprès du public féminin et à drainer des lectrices vers la BD européenne (voir aussi le succès des blogs BD « girly » ou du tout récent magazine Fluide G, variante féminine de Fluide Glacial et explosant le premier niveau ventes.

    Mais, ces futilités mises à part, que dire de ce sublime duo de Sardouille avec Céline Dion dont est extraite cette tirade délicieuse :
    Voler
    A moitié des étoiles
    A vitesse idéale
    Sous un angle parfait

    J’ai l’impression que les paroliers se foutent de notre gueule et font un concours de la chanson la plus conne (voir les récents titres de Marc Lavoine, Calogero,…). La chanson ET la langue française pourraient porter plainte auprès des chiennes de garde !

  2. armagrat dit :

    Merci pour ton commentaire, ces quatre vers m’ont beaucoup fait rire. Tu as raison les paroliers se foutent de notre gueule, je me dis souvent ça quand je tombe par hasard sur le jeu « n’oubliez pas les paroles ». Cette émission permet de se rendre compte à quel point ce que l’on fredonne tous les jours ne veut rien dire..
    Je ne savais pas que les femmes lisaient beaucoup de manga en France, mais merci ça me fera un argument de plus.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s