L’Homme de Jérusalem

Voici venir le premier VRAI article de ce blog… J’écrirai plusieurs types d’articles : des râleries à moi (parce que je râle tout le temps et que ça va mieux en le disant comme dirait un certain journal), des histoires que j’invente et des critiques de livres qui me plaisent (ou pas, mais dans ce cas ça ira sûrement dans râleries). Ainsi que bien sûr, des brèves pour vous tenir au courant de ma vie trépidante. Commençons donc par une critique !

Sur un fond de soleil levant, les oiseaux chantent la renaissance du printemps tandis qu’une jeune fille est accoudée sur un banc. Dans une belle robe blanche, elle lit tranquillement un ouvrage alors que la légère brise fait voleter ses doux cheveux blonds. Oui je sais, n’en jetez plus la coupe est pleine, enchainons donc, aujourd’hui je vais vous parler de sang et de rédemption (et non de jeune fille en fleurs, coquinous que vous êtes !), je vais vous parler de :

Ca rigole pas les copains, y a un crâne sur la couverture !

L’Homme de Jérusalem (oui dans la seconde édition ils l’ont renommé Le Loup dans l’Ombre, ne me demandez pas pourquoi), de David Gemmel, paru chez Bragelonne (et ça va saigner, nom d’une pipe en bois !)

  1. Kézaco :

Pour commencer une présentation du bouquin que vous ne soyez pas paumés, ensuite j’essaye de vous convaincre de le lire. Tout d’abord ce livre appartient à la catégorie de la fantasy, il a été écrit par un anglais (qui sont quand même plus forts dans ce domaine que nous) qui s’appelle David Gemmel et qui est malheureusement décédé des suites d’une opération cardiaque en 2007. Je ne lis pas que de la fantasy, loin de là maintenant, mais il fait partie de mon top ten d’auteurs. Il a écrit un grand cycle qui est le cycle Drenaï et plusieurs livre en marge.

Celui-ci est le premier d’une trilogie qui parle du monde post-apocalyptique. S’il ne l’avait pas écrit avant cette bouse qu’est le film 2012 (je ne l’ai pas vu mais je me permets quand même, na !), on aurait pu y voir une lointaine inspiration. Bref, le monde a pivoté sur son axe, les océans ont pris la place des terres et vice-versa. Il ne reste qu’une petite partie de la population et qu’une petite partie de nos inventions. Il reste encore des fusils à silex, des revolvers et des charriots mais plus de voitures ni d’avions. C’est assez amusant on dirait que l’histoire a été maltraitée, qu’on lui a volé certaines périodes et laissées d’autres intactes. Évidemment il n’y a plus d’état seulement des villes, des villages et quelques communautés ainsi que beaucoup de brigands.

Finalement on a un peu l’impression d’un moyen âge « évolué ». Le héros de cette histoire (car il en faut un) c’est Jon Shannow, l’homme de Jérusalem (aaaaaaaaaaahhhhh c’est de là que viens le titre), un solitaire avec des revolvers qui cherche la cité perdue : Jérusalem. C’est un croyant, il a avec lui une bible et son seul but, comme s’il en était investi par dieu, c’est de trouver cette ville devenue mythique (ben oui y a plus de carte et puis c’est un peu le bordel avec les mers qui ont changé de place). Je m’arrête là pour le plantage de décor, maintenant je vais vous dire pourquoi c’est un bon livre.

2. Cekimaplu :

Alors tout d’abord il faut reconnaître à Gemmel que niveau ambiance c’est un peu bien foutu quand même. On s’y croirait sur cette terre désolée, on a l’impression de vivre ce moment où l’on ne connaissait pas le monde à plus de 10 km autour de chez soi ! Cela produit une sensation de monde infini, de découvertes à faire assez impressionnante. En fait, dans un monde où si peu de choses sont dévoilées tout est encore possible et je comprends un peu la « crédulité » de nos ancêtres. Bref on y croit et on se sent tout perdu dans ce monde post-apocalyptique et ça déjà c’est bien, parce que l’immersion c’est important dans un bouquin.

Deuxièmement le héros est bien fait. Moi ce que j’aime dans un héro c’est qu’il soit mystérieux (comme toute fille qui a besoin de son quota de Hihi Houhou il est MYYYStérIEUx, je sais c’est ridicule), mais surtout qu’il ne soit pas trop lisse. Rien ne m’emmerde plus qu’un Orlando Bloom en puissance (sérieusement, comment ce type à fait pour réussir ?). Là au moins il est quand même un mec un peu normal c’est à dire qu’il n’est pas toujours cohérent. Il croit en dieu et il trimballe sa bible partout mais il tue des tas de gens pour un oui pour un non (bon ok surtout des brigands) ; il est le héros mais finalement pour la plupart des gens c’est un fou dangereux qui cherche une cité qui n’existe pas ; il aide et sauve des gens qui en général finissent par le chasser parce qu’ils en ont peur. J’aime ces incohérences c’est ça qui rend les personnages crédibles et attachants.

Et ces « incohérences » s’appliquent à tout, pas seulement au héros. Les méchants sont aussi comme ça par exemple. Là, j’ouvre une parenthèse : le monde a toujours l’air très manichéen dans Gemmel, c’est une apparence trompeuse. Finalement, on se rend souvent compte que le méchant n’est pas méchant ou alors il est juste cupide et il s’est laissé avoir comme un bleu. Et d’ailleurs ça marche aussi pour les gentils, qui souvent ont la solution au bout de leurs doigts mais n’osent pas la mettre en application. Je trouve ça très réaliste, et puis franchement le mal absolu qui fait tout ça par pur sadisme ça me gonfle au temps qu’Orlando Bloom (je suis consciente que je lui fait de la pub à le citer comme ça). Bon fin de la parenthèse, donc tout ça vient se mêler à l’histoire et la rend riche en rebondissements et assez complète, assez pour vous tenir en haleine.

Les personnages sont attachants, le monde est bien fait et intrigant, l’histoire est bien ficelée qu’est-ce que je peux vous dire d’autre ? Bien sûr il reste quelque chose qui pour moi est essentiel dans un bouquin : et après ? C’est bien beau tout ça, mais quand je lis un bouquin j’aime bien avoir deux niveaux de lecture. Un où je m’attache aux personnage je suis l’histoire je suis prise dedans, bref je lis ça sans trop me poser de questions. Et le deuxième, qui arrive en général après, qui me permettent de réfléchir à des sujets plus généraux : qu’est-ce que ce livre m’a apporté ? En quoi m’amène-t-il à réfléchir sur le monde qui m’entoure ? Oui ça peut paraître niais mais je trouve ça important qu’un livre ait un côté pédagogique en plus de l’émotion qu’il apporte.

Alors dans Gemmel on apprend souvent des tas de trucs et dans tous ces bouquins on parle forcément de stratégie (de bataille). Personnellement ça m’intéresse, pour ceux que ça emmerde, je vous rassure c’est souvent un petit passage du bouquin (sauf Légende dont je vous parlerais peut être une autre fois). Après le reste ça dépend des bouquins. Celui-ci je trouve qu’il appelle de la réflexion sur deux sujets : la religion (principalement catholique, mais on peut généraliser) et les problèmes actuels d’écologie.

Pour la religion, je n’ai pas lu la trilogie donc je ne sais pas si l’auteur a finalement un avis. En tout cas il donne plusieurs pistes de réflexion dans ce livre sur la vision qu’ont les gens de la religion. Ce qui est intéressant c’est que dans ce monde ce n’est plus un enjeu : les gens ont leur avis et personne n’y trouve rien à redire à part dans certaines communautés, mais les guerres de religion ont disparues avec la société qui les a créées. Du coup chaque point de vue est représenté par différents personnages et on peut ainsi y réfléchir plus clairement me semble-t-il.

Quant aux problèmes d’écologie c’est assez amusant car finalement, n’ayant pas fini la trilogie, je ne sais pas s’ils sont responsables de la Chute. C’est peut être Dieu finalement, ou tout autre chose. Cependant il reste des gens qui ont vécu la Chute et qui se positionnent très fermement contre la société qu’ils ont connue. On peut y voir une critique très nette de l’auteur des dérives de notre monde actuel sans s’embarrasser de grand discours. Le parallèle entre le discours de ceux qui veulent oublier l’ancien monde et ceux qui veulent le ressusciter est d’ailleurs très intéressant. Je ne vous en dirait pas plus, à chacun de se faire une opinion, tout de même.

Là-dessus je vous laisse j’espère vous avoir convaincu. Si vous l’avez lu et que vous avez aimé, ou pas aimé du tout, ou même si vous ne l’avez pas lu mais que vous voulez en parler quand même : les commentaires sont à vous !

Publicités
Cet article, publié dans Un peu de lecture, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s